Accueil > Rando à Pied > Vercors > De Châtillon à Claix

dimanche 10 juin 2012
(DATE DE CRÉATION DE L’ARTICLE : 17 juin 2012)
par Mathieu B.


De Châtillon à Claix

Le Vercors par les Hauts Plateaux et les Balcons Est

80Km sur les chemins, à apprécier la faune et la flore, sans croiser le moindre bout de bitume ...

Faut-il absolument tout prévoir, tout planifier ? Je n’y crois pas une seconde ...

Jeudi matin. Je me rends compte que je suis en WE à 14h30 ... De retour chez moi je fais mon sac en deux temps trois mouvements pendant que j’imagine où aller ... Belledonne ? Chartreuse ? Finalement, ce sera Vercors, depuis l’extrême Sud Est, j’ai le temps et il y a par là bas certains chemins que je ne connais pas encore ... et rentrer jusqu’à Grenoble ...

16h10, La place du village de Chätillon-en-Diois {JPEG}je prends le bus pour Clelles, non sans être passé au préalable acheter la top25 3237OT (Glandasse) qu’il me manque pour ce trip. Je continue ensuite (en 3 stops !) pour Chichilianne, puis le Vallon de Combau, et enfin Châtillon-en-Diois. Risqué car peu fréquenté, mais cela me permettait d’accéder au Vercors par le Pas de L’aiguille, les Quatres Têtes ou le Cirque d’Archiane suivant où on pouvait m’amener ... J’arrive enfin, 19H ...

A la sortie nord de Châtillon, j’emprunteLes falaises de Gladasse ... 1200m plus haut {JPEG} le GR91 qui passe Pin maritimes ... je suis bien en Drôme Provençale {JPEG}devant le gîte. Les ombres s’allongent déjà alors qu’un panneau m’annonce 4h pour les 1200m qui me permettront d’accéder à l’alpage. Je jette un œil aux falaises encore éclairées. Non, pas question, je dormirai là haut. La montée au frais en sous bois est bien agréable et j’arrive à la limite des arbres 2h plus tard, bien content d’y voir un peu plus clair ...

Je distingue mieux les formes, et un peu plus loin au dessus du chemin, une grosse masse sombre se détache. Un bouquetin, un grand mâle, est immobile à moins de 10 mètres. Il ne m’a pas senti, ni vu. Je fais un peu de bruit pour ne pas l’effrayer au dernier moment. Mais il charge. Pas sur moi vers en bas, mais droit devant lui, à flanc. Et je vois une masse sombre mais plus claire que le reste, énorme, bondir sans un bruit et filer comme Vire entre les falaises qui mène à la source de Baume Rousse {JPEG}si elle effleurait le sol pour s’évanouir dans la forêt ... Il me faut quelques secondes pour réaliser qu’un instant plus tôt, un loup se tenait tapis dans l’ombre, à moins de 8 mètres de moi ...

J’accède ensuite à la vire qui me mènera à la source de la Baume Rousse en signalant régulièrement ma présence. De jeunes bouquetins sifflent pour manifester leur mécontentement. Pas de loup. Le col n’est plus très loin et au refuge les autres randonneurs seront refroidis (ou enthousiastes pour certains) de ma rencontre avec ce loup. Finalement il ne m’aura fallu que 3 heures pour monter, en étant passé par la source. Je profite des dernières lueurs pour contempler le Dévoluy et le Cirque d’Archiane qui se dessinent sous les étoiles ... Un orage tonne au loin dans la Drôme. Quelques gouttes viendront nous bercer cette nuit là.

Alpage de Châtillon {JPEG}Le Devoluy au loin {JPEG}Derrière le Grand Veymont, les lueurs de Grenoble {JPEG}

Vendredi

Au Un grand ale fait sa loi ... {JPEG}... et chasse de jeunes chamois {JPEG}petit matin, le berger n’est nullement étonné de la présence d’un loup dans les parages. Et ce n’est vraiment pas surprenant à voir la quantité de quadrupèdes arpenter l’alpage ... Des bouquetins, jeunes ou vieux, des chamois, des chevreuils ... c’est d’ailleurs sûrement ces derniers que mon loup pistait hier soir ...

Pas peureux ... {JPEG}... intrigués ... {JPEG}... et curieux {JPEG}Un jeune bouquetin sur les bords de l'alpage {JPEG}

Cet alpage est vraiment un lieu plein de vie. Il suffit de se poser un instant pour voir tous ces mouvement imperceptibles et les identifier, comme les ouvrières d’une fourmilière ...

Je Cavalcade de chamois devant le Grand Veymont {JPEG}Alpage de et cirque d'Archiane {JPEG}reprends le GR91 vers le nord pour traverser la montagne de Glandasse. Si elle parait imposante depuis la vallée, c’est plus un grand plateau étroit une fois qu’on y a accédé. A l’approche de son dôme, 3 jeunes chamois se sauveront, devant le Grand Veymont, mon lieu estimé de bivouac de ce soir.

AvecDie {JPEG} ces nuages bas, j’ai l’impression d’être en vol et je m’attarde Enfilade de Crêtes et Haut Plateau {JPEG}à profiter du paysage. Depuis cette hauteur, je peux voir au Nord la limite entre les Hauts Plateaux et les Balcons Est, là où j’irai. A l’Ouest, Die s’étend au pieds des falaises d’où je surplombe la Drôme provençale et ses collines harmonieuses. Derrière moi, l’alpage de Châtillon ... j’y reviendrai ...


Encore des chamois ... {JPEG}... et encore, ici au dessus des falaises de Die {JPEG}


Le GR continue son cheminement vers le Nord, tantôt sur le plateau, tantôt sur la crête. Les chamois se font plus nombreux sur cette partie ... mais sont toujours autant peureux. Au loin, le Mont-Aiguille grandit à chaque pas. Le GR91 est parfois moins bien indiqué dans les prairies parsemées de trous, iciLe GR peu tracé devant le Mont Aiguille reconnaissable {JPEG}Des champs d'Orchis ... {JPEG} royaume des marmottes qui préfèrent jouer à cache cache derrière les rochers ...

Marmotte dans les lapiaz ... {JPEG}... proche du terrier sécurisant ... {JPEG}... ou à guetter de loin ... {JPEG}... immobile comme un roc {JPEG}

Décidément,JPEG Ruines de la bergerie de la Jasse de la Ville {JPEG}le GR est peu fréquenté. Je ne croiserai personne de la journée mais c’est surtout que le sentier est parfois quasiment invisible. J’arrive enfin en vue des ruines de la Jasse de la Ville. Une ancienne bergerie sous la Montagne de Die alors qu’un gros nuage arrive par le Sud. Ce sera la dernière fois de la journée que je verrai à plus de 200m ...

Passé Col du Pison dans le brouillard {JPEG} le Col du Pison avec le brouillard montant de la Drôme, la visibilité baissera encore. Ce n’est pas grave, je me contenterai de ce qui est à portée de vue, et franchement il y a pire ... et je vous laisse imaginer l’odeur enivrante des narcisses ...

Hélianthèmes jaunes et Orchis Bleu {JPEG}Un bouquet de Narcisses ? {JPEG}Des Trolles, si si, c'est leur petit nom ... {JPEG}... et des champs de myosotis {JPEG}

EtUne trace de loup ? je crois bien ... {JPEG} à être obligé de regarder de près, je tombe sur cette unique trace, seule sur le chemin, sans trace de bipède à côté. Je ne suis pas un spécialiste, mais après vérification, il s’agirait bien d’un loup. Les griffes de devant sont bien plus tournées vers l’extérieur pour un chien, et le coussinet arrière a un creux chez le loup, pas Fontaine des Endettés au Pas de Chabrinel {JPEG}chez le chien. Chien ou loup, je vous laisse imaginer la taille de l’animal ...

Ensuite, Cabane du Pré Peyret {JPEG}le GR longe un crête qui doit être magnifique. Je ne peux qu’imaginer la vue sur la Vallée. J’irai au pas de Chabrinel faire le plein d’eau à la fontaine des Endettés. Il est 13h et je ferai une très courte pause au sec à la cabane Une forme singulière ... peut être une colonne ? {JPEG}de pré Peyret : un anniversaire a eu lieu la veille, certains sont encore endormis pendant que d’autres sont déjà (ou encore ?) joyeux, pinard et maquereaux au vin blanc ...

J’obliquerai Carrière et colonnes romaines ... {JPEG}ensuite vers le Nord-Est en passant dans la plaine de la Queyrie et par la "carrière romaine", une bizarreté avant de rejoindre des chemins familiers.... perdues dans le Vercors {JPEG} Il parait qu’on trouve des colonnes romaines. Oui, on peut trouver que ces pierres ont des formes étranges. Mais un peu plus loin, plus de doute : dans le brouillard se dessine une puis deux vraies colonnes, et un peu plus haut, un bloc trop géométrique pour être naturel, tout comme ces entaillesL'arbre sculpté {JPEG} dans la roche et ces découpes horizontales et verticales ...

Plus haut, le minéral fait à nouveau place à de vastesOrchis et Globulaire à fleurs en coeur {JPEG} prairies. J’arrive en terrain connu. A l’automne, j’ai toujours l’impression ici de m’être téléporté dans les steppes de Mongolie ... Aujourd’hui, l’ambiance est plus feutrée ... plus verte Au Pas des Bachassons, la fontaine du même nom {JPEG}aussi ...

Le bout du chemin arrive au Pas des Bachassons. Sa fontaine en contrebas du côté Est Cabane des Aiguillettes {JPEG}est toujours aussi généreuse. Je prendrai presque 10L avant de rejoindre la Cabane des Aiguillettes à moins d’un kilomètre. Il est 16h quand j’y arrive et déjà deux parisiens se sont installés. Une heure plus tard, 4 autres randonneurs débarquent, mais heureusement ont des tentes. Quand on connaît la capacité d’accueil de cette cabane, il valait mieux !!


Le Grand JPEGJPEGVeymont est toujours dans les nuages. Quelques marmottes nous observent à distance. Un autre type de rongeur viendra grignoter les vivres des parisiens pendant la nuit ... ce n’était pas faute de les avoir prévenus de certaines précautions ...



Samedi

DansVersant Ouest du Grand Veymont {JPEG}La fontaine des Serrons {JPEG} les nuages, je n’irai pas faire le Grand Veymont aujourd’hui. De toutes façons, je préfère passer par des chemins (ou pas ...) que je ne connaissais pas encore. Je tente donc l’intérieur du Vercors en descendant le Pas des Chattons : je vais chercher directement la Fontaine des Serrons. Un très vieux chemin se perd rapidement. Plus loin je trouve des ruines même pas référencées. J’arrive enfin à la source. Juste au dessus d’un grand lapiaz, Toujours des belles des chemins {JPEG}l’eau s’infiltre rapidement et ne coule pas jusqu’au chemin situé plus bas.

Je Panorama de la Plaine de la Chau {JPEG}rejoins le GR91 maintenant connu qui traverse la Plaine de la Chau toujours verdoyante mais aussi fleurie en cette saison. Je couperai à travers bois jusqu’à la fontaine du Play, au dessus du refuge de la Jasse du même nom. Décidément, il y a de l’eau en Vercors ... Il suffit de connaître les endroits ...

Fontaine du Play, au fond le refuge de la Jasse du Play {JPEG}Je profite des narcisses profitent de la source ... {JPEG}

Sous la source, une touffe de narcisses embaume l’air. Je resterai pique-niquer ici, ce serait dommage de s’en priver.


La L'étendue du plateau {JPEG}Le Pas de Berriève {JPEG}suite du GR91 est assez monotone et répétitive, je préfère donc passer par les Balcons Est. Je monte donc au Pas de Berriève avec le plein d’eau : de l’autre côté, c’est sec ... des éboulis tout du long, et je ne compte pas descendre mais rester à flanc le plus possible. Au Pas, je jette un dernier coup d’œil au Plateau qui porte bien son nom, vu sous cet angle. Le Pas également ne fait pas rire ...

Je Un des passages effondré. Ca peut dégringoler rapidement et aller bien bas ... {JPEG}me rends rapidement compte que sur le Balcon Est le chemin est plus fréquenté par des sabots que par des godillots, et la progression va être plus lente. Le chemin est très abîmé, souvent éboulé et délicat. Je n’aimerais pas croiser de harde de bouquetins à ces endroits. Et pour tant j’en ai vu ... peut être une dizaine de hardes de 20 à 50 grands mâles. Vraiment impressionnant(e)s.

Une harde de grands mâles, une autre au dessus. Une cinquantaine au total ... {JPEG}Les jeunes sont les plus curieux {JPEG}Les bouquetins ne craignent personne {JPEG}Les vieux surveillent {JPEG}

Je Balcon Est et Col de Marcieu {JPEG}La cabane de la Peyrousse. {JPEG}poursuis sur ce semblant de chemin, passant à travers des nouvelles hardes régulièrement, ces bouquetins ne craignant personne. C’est à peine s’ils me prêtent attention. J’arrive à l’Abri de la Peyrousse. Enfin quelq’un(e) ... qui observe un troupeau juste au dessus. J’hésite à rester là, il est 16h, et le lieu est vraiment sympathique. L’emplacement est idéal pour profiter des premiers rayons du soleil. Mais j’ai peur de ne pas avoir assez de temps le lendemain Des jeunes bagarreurs {JPEG}Une harde surprise par ma présence {JPEG}pour continuer par la Grande Moucherolles et devoir descendre directement, ce qui serait dommage. Je continue sur ce "chemin" ... qui s’améliore à partir de là, heureusement.

Et encore des bouquetins, ici des jeunes qui s’affrontent, là des grands mâles qui ne supportent pas l’intrus (moi).

Plus je me rapproche du col de l’Arzelier, moins il y en a. Il faut dire que la forêt Le chemin s'améliore plus j'avance vers le nord {JPEG}gagne ici un peu de terrain. J’oblique enfin pour monter au Pas de la Balme. En reprenant de la hauteur, j’ai à nouveau de la compagnie des quadrupèdes. Je L'Obiou et le Grand Ferrand dans les dernières lueurs du jour {JPEG}n’irai pas jusqu’au refuge, je préférerai bivouaquer sous un petit surplomb et profiter du spectacle magnifique qui m’est offert, pour moi tout seul ... mais ce sera encore mieux le lendemain ...


Dimanche

Pendant Un bivouac idéal {JPEG}Une ombre guette au dessus de mon bivouac {JPEG}la nuit, quelques sifflements m’entourent. Des bouquetins sûrement mécontents que je squatte leur place favorite près de la source du Pas de la Balme ...

5H13 ... une lumière orangée me caresse le visage ... je ne résiste pas à cet appel ... Un trop bref instant, mais figé en mémoire ...

La Les Balcons Est s'étendent à mes pieds {JPEG}suite se fera en partie hors des sentiers battus, mais on n’a pas vraiment le choix ici. Après le pas de la Balme, direction la petite Moucherolle. Un peu plus haut sur la crête, je repère quelques emplacements idéaux pour bivouaquer une prochaine fois : la vue est magnifique et on dirait que le gazon est entretenu ... Plus loin, un poste de secours pour la station de ski de Villard de Col des Moucherolles devant la Grande Moucherolle. Passages exposés {JPEG}Lans est transformé en refuge ouvert l’été. J’étais bien mieux installé la nuit passée, mais c’est bon à savoir.

Le chemin qui redescend de la petite Moucherolle est bien raide, mais la remontée en face semble pire. Je croise 2 "lève-tôt" (il est 8h30 ...) qui en descendent et me confirment que le versant nord est plus accessible.

Quelle JPEGJeu des nuages sur les falaises {JPEG}vue là haut !! On domine tout l’intérieur du Vercors, et jusqu’à Belledonne. Avec ces nuages qui remontent le long des falaises verticales, on a vraiment l’impression d’être ridiculement tout petit, mais au dessus de tout ...

La descente est raide et délicate, surtout chargé. Je m’accorde un petit repos au Col des Deux Sœurs, la température est plus clémente, peu de vent, et des belles des chemins colorées ...

Silène Acaule {JPEG}Gentianes {JPEG}Vulnéraire des montagnes {JPEG}La Grande Moucherolle {JPEG}

Pour la suite, je ne souhaite pas passer par la station. Je vais couper par le Clos d’Aspres, une combe de lapiaz impressionnante sur la carte, encore plus en réalité. C’est minéral. Quelques névés sont préservés dans des scialets. Sous mes pas, des lames de calcaire cassent net. Je réalise que ce n’est pas le moment de se faire mal. Personne ne viendra me chercher par ici. Drôle d’impression ...

Lapiaz de la Combe du Clos d'Aspres {JPEG}Détail du lapiaz, c'est fragile et tranchant ! {JPEG}La neige cache parfois des glacières, des gouffres ou des scialets ... {JPEG}Un scialet de 5m de large ... peut être 10 de profondeur ! {JPEG}

Je Au fond, le Roc Cornafion. Je passerai par le Col de l'Arc derrière {JPEG}En sous bois, je serai à peine protégé de la pluie {JPEG}retrouve enfin le chemin de la GTV vert et jaune à la Grande Combe, sous le Pas de l’Oeille. Tantôt lapiaz, tantôt prairies alpines, tantôt pré à vaches. Arrivé sous le Col Vert, je vois la Grande Moucherolle disparaître dans les nuages. Bientôt sa petite sœur aussi. En continuant vers le Col de l’Arc, je reçois bientôt quelques gouttes. Même en forêt, ces gouttelettes se transforment rapidement Au Col de l'Arc, le Pic Saint Michel se devine à peine {JPEG}Plus bas vers Claix, tapis de mousse et voûte de feuillus {JPEG}en une grosse averse.

Les nuages descendent et seront déjà au Col quand j’y arriverai. Le Pic Saint Michel est invisible mais dès que je basculerai à l’Est, la pluie se fera plus fine. Une feinte, elle reprendra de plus belle et elle m’accompagnera jusqu’à Claix ...

< 5/10 >

Commenter

Contact | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |
pour profiter pleinement de ce site, utilisez firefox ... ou a défaut safari ...
Copyright 2006-2014 Fauxcols ... où s’arrête le voyage ?