Accueil > Rando à Pied > Oisans, Ecrins > GR 54 : Tour de l’Oisans et du Parc des Ecrins

août 2012
(DATE DE CRÉATION DE L’ARTICLE : 13 août 2012)
par Mathieu B.


GR 54 : Tour de l’Oisans et du Parc des Ecrins

Petite boucle autour des Ecrins, au départ de Bourg d’Oisans

14.300 m de deniv positive, 195 km, 7 jours. Soit en moyenne, 2050m + et 28 km par jour ...
Relativement facile à part 2 cols délicats mais des étapes "plutôt" longues. Il vaut mieux compter 1/3 de temps en plus ...

L’avantage d’être seul : faire un bout de chemin avec des inconnus, pouvoir s’arrêter quand je veux ... ou continuer encore jusqu’à un lieu de bivouac idyllique ...

Note ou rappel : dans le Parc des Ecrins, le bivouac sous tente n’est autorisé que de 19H à 9H, à plus d’une heure de marche des limites du parc ou d’un accès en voiture ...


Jour 1 : De Bourg d’Oisans au Plateau d’Emparis
29 km, 2571 m +

Le Bourg d'Oisans {JPEG}bus me déposera à 11h à Bourg d’oisans, là où le GR54 commence traditionnellement, au bord du ruisseau La Sarenne, au pied de la cascade du même nom ... Je regrette vite de ne pas être monté en bus jusqu’à l’Alpe d’Huez vu le mur de rocaille à peine pratiqué ici. Une vraie fournaise Restes de moulins sur la Sarenne {JPEG}sous le soleil de midi et j’apprécie l’ombre des premiers pins ...

Passé le Châtelard, le chemin retrouve le lit de la Sarenne à un vieux pont romain. A peine plus loin, des anciennes meules de moulins atteste d’une exploitation plus récente du cours d’eau, mais bien révolue ...

Le Ne manque que la neige et des chevaux ... {JPEG}fond de vallée est plutôt fréquentée, balade du dimanche en VTT ou TTT (trottinette tout terrain) et les Ecrins se Vallée du Ferrand, devant le Plateau d'Emparis et les Ecrins {JPEG}dévoilent enfin au Col de Sarenne mais devant, le plateau d’Emparis se dessine ... derrière la vallée profonde de Clavans, qui m’obligera à remonter de 1000m ...


Je Ciel rouge au couchant, demain sera beau ... {JPEG}Pour seul éclairage, la pleine lune ... {JPEG}me prendrais un petit orage en montant vers Besse. J’hésite à m’arrêter à l’aire de Bivouac (en fait un camping payant) donc je poursuis soleil couché, de nuit mais sans vent. Je poserai la tente au col Saint Georges sous une pleine lune éclatante que ne troublera que quelques nuages ...



Jour 2 : Du Plateau d’Emparis au Col d’Arsine
29 km, 1683 m +

Le Perles de rosée au petit matin {JPEG}Moutons silencieux {JPEG}réveil se fera dans la rosée et la brume, dense au point d’atténuer les bêlements du troupeau et rendre discret le passage des moutons parqué à côté pour la nuit. Le soleil dissipera rapidement ce brouillard pour dévoiler le Plateau d’Emparis ...


Le Le Lac Noir, devant les Ecrins {JPEG}GR54 le traverse au plus court, alors je ferai une petite excursion vers le lac Noir et le Lac Lérié pour approcher les Ecrins d’un peu plus près. Avant d’arriver au Chazelet, Le Pré Veyraud donne une autre dimension au massif, laissant dévoiler la vallée de la Romanche tout en bas ...

Vallée de la Romanche {JPEG}Eglise des Terrasses {JPEG}

Dans la descente vers La Grave, l’église des Terrasses se dresse devant La Meige. Le GR54 commence à montrer sa personnalité ...

La Romanche, avant Villar-d'Arêne {JPEG}

Le chemin continue le long de la Romanche en rive gauche et la remonte, passant Villard-d’Arêne et sous le Bec de L’Homme.


Forêt de bouleaux le long de la Romanche {JPEG}

Seul le haut des montagnes est encore éclairé en arrivant au refuge de l’Alpe de La Romanche devant le Bec de L'Homme {JPEG}Villard-d’Arêne, mais mon lieu de bivouac choisi est encore un peu plus loin, au Col d’Arsine. J’y arrive presque de nuit mais la pleine lune éclaire déjà comme en plein jour. Malgré cette luminosité éclatante, je passerai une bonne partie de la nuit à regarder le ballet d’étoiles filantesL'accès au Col d'Arsine est ... plat ... {JPEG} au dessus de ma tête ... Sur ce petit lac asséché, protégé du vent,Bivouac sous la pleine lune au Col d'Arsine {JPEG} j’écoute les bruits de la nuit ...

Point d’animaux, juste quelques pierres qui parpinnent du côté du Glacier d’Arsine ... La pénombre trouble la perception des distances et le silence accentue celle des sons ...




Jour 3 : Du Col d’Arsine au Lac de l’Eychauda
18.5 km, 1460 m +

Si la nuit fut féerique, le réveil fut magique en découvrant le cirque m’entourant formé par le Glacier d’Arsine, malheureusement bien petit maintenant

Le Le Petit Tabuc, laiteux {JPEG}Le lac de la Douche {JPEG}GR officiel descend le Torrent du Petit Tabuc vers le Lac de la Douche. Dès le moindre ralentissement du ruisseau, la couleur laiteuse bleutée reprend le dessus pour ressembler à celle du Blue-Lagoon en Islande, mais un poil plus fraîche ...

Au Casset, le 54 longe la Guisane jusqu’à Monêtier-les-Bains. Je déciderai d’une nouvelle variante en remontant le Grand Tabuc au lieu de suivre un peu plus au sud le Col de l’Eychauda ...

Cette petite entorse au GR me permettra de passer le Col des Grangettes à 2684m, plutôt délicat face nord par où je suis monté, de gros blocs ne demandant qu’à partir ... L’autre difficulté (mineure) était de surveiller cet orage sur le Col du Lautaret, mais qu’un rayon de soleil puissant sur le Col du Granon semblait contenir là bas ...

Bivouac au Lac de l'Eychauda {JPEG}

Petite difficulté supplémentaire donc, voulue et choisie, que j’hésiterai à refaire connaissant sa friabilité, mais qui m’a permis d’accéder à mon bivouac de ce soir, au Lac de l’Eychauda, hors du GR54 ...


Jour 4 : Du Lac de l’Eychauda à l’Abri du Jas Lacroix
26 km, 1047 m +

La Course avec les nuages {JPEG}nuit sera bien pluvieuse mais j’aurai posé la tente à l’abri du vent, sur le côté du verrou glaciaire. Au matin, il pleut toujours, mais je comprends en sortant que ce sont les nuages qui s’égouttent au passage dudit verrou. A 2525m, je suis juste au dessus d’eux ...

800m Vallon de Chambran {JPEG}plus bas s’étend le Vallon de Chambran avec ces alpages jaunis. Ce dimanche matin, une cinquantaine de personnes monteront alors que quelques coup de tonnerre Maison à Vallouise {JPEG}résonnent déjà. J’essayerai bien d’en raisonner quelques uns qui me qualifient de "prudent" en me croisant, invitant de fait au dialogue ... mais sans succès ...

Le ciel se chargera encore d’avantage sur Ailefroide à mon arrivée, je ne tirerai donc pas vers cette autre variante qui s’offrait à moi par le Col de Rascrouset mais descendrai la voie normale vers Vallouise avec ses maisons bien fleuries. Je ne m’attarderai pas trop, la "fête du village" se résumant surtout à une sono à sursaturation ...


PasséGR en sous bois {JPEG}La Gérendoine {JPEG} le village, le sentier suit la Gérendoine, empruntant tantôt des pistes en sous bois, tantôt des pentes escarpées où le chemin n’est plus visible à cause de nombreux éboulements, mais qui passent pourtant par d’anciennes fermes d’alpages ...

A la Chapelle de Béassac, je suivrai donc la route en cul-de-sac sur 2 km qui même à Entre-les-Aigues,Passage de grêle {JPEG}Baignoire à remous {JPEG} prenant au passage la grêle pendant 30 secondes, qui disparaîtra 30 secondes plus tard avant de voir un soleil éclatant une minute plus tard ...

La suite n’est que la remontée du Torrent de la Selle. A la limite de la zone parc, je croise une jeune fille accompagnée par deux chiens. C’est en fait la Bergère de la Jas Lacroix qui remontera le lendemain matin avec un âne. Elle m’indique l’Abri des Randonneurs, accolé à la bergerie où je passerai la nuit ...

Bergerie et Abri de la Jas Lacroix {JPEG}

La lune commence à baisser, mais je ne résiste pas à passer le début de la nuit sur ces gros cailloux entourant la bergerie, à profiter du spectacle sans cesse renouvelé ...


Jour 5 : De l’Abri du Jas Lacroix au Vallon Plat
19.6 km, 2096 m +

Au Chamois joueurs, de bon matin ... {JPEG}Déjà des bipèdes ? Il faut se sauver ... {JPEG}petit matin, une douzaine de chamois "jouent" à proximité de l’abri. Pour deux mâles plus âgés, ces jeux sont plus violents, obligeant les jeunes à se réfugier sur les rocailles avoisinantes. Un instant plus tard, tous s’inquiètent puis disparaissent en un instant : dans le fond de vallée, les premiers randonneurs se font entendre ...

Je Visualisation du Col de l'Aulp Martin {JPEG}reprends le GR54 vers le Col de l’Aulp Martin à 2761 m mais la pluie s’invite rapidement. Le bleu du matin a bien vite laissé la place à un plafond nuageux dense qui semble stagner à 3000m. Je jette un œil au col, encore dégagé, pour repérer la sente qui est indiquée délicate sur ma carte. Finalement, ce sera assez facile d’y passer mais l’enjeu serait différent sans visibilité dans ces pierriers d’ardoises ...

Le plafond descend finalement sous le col une fois que j’y serai. J’étalonne mon altimètre pour laPas de la Cavale, juste avant le vent de la descente {JPEG} traversée à flanc vers le Pas de la Cavale à 2735 m, traversée dans des nuages épais. Juste Descente pluvieuse vers Le refuge du Pré de la Chaumette {JPEG}avant le Pas, j’entends le vent qui s’ajoutera à la difficulté de la journée ... j’aurai presque froid aux mains ... mais cela ne m’empêchera pas d’apprécier le paysage quand les nuages se déchireront dans la descente vers le Refuge du Pré de la Chaumette ...


Au Montagne de la Rouite, pliée et replissée {JPEG}refuge après 6H de pluie, je demande au gardien s’il est possible d’y passer la nuit. Après consultation du registre, il me propose de me mettre sur file d’attente, il est complet ... A part 2 autres randonneurs dans la salle, personne pour cet énorme refuge. A mon étonnement, il ajoute qu’une soixantaine de personnes seront là ce soir ...

Ok, Puy de la Chaumette {JPEG}je n’ai pas signé pour cela ... Je repars donc sous la pluie, après un repas chaud sous une avancée du toit. Encore une heure de pluie ... Une heure 30 ... Puis plus rien, nada. Le plafond remonte tandis que quelques nuages se forment en tentant d’assécher le fond de vallée ...

DerrièreVallon de Gouiran ou Vallon des Marmottes {JPEG} Puit de lumière au Vallon Plat {JPEG}s’étend le Vallon de Gouiran que je rebaptise rapidement le "Vallon des Marmottes". Elles cavalent dans tous les sens et ne sont pas farouches, les grassouillettes comme les toutes jeunes. J’hésite à bivouaquer là, mais c’est un peu exposé en cas d’orage, je n’ai pas d’eau et aucun ruisseau à proximité.

De Voie Lactée au dessus des nuages {JPEG}La grande Ourse veille sur cette nuit sans nuage {JPEG}l’autre côté du vallon, le Col de Gouiran me sépare du Vallon Plat, le suivant, avec sources et soleil réservés, ce qui fut le cas ...

Pendant la nuit, le ciel ne cessera de s’éclaircir, à tel point que l’intérieur du double toit gèlera ici, à 2500 m ...


Jour 6 : Du Vallon Plat au Lac Lautier
26 km, 1840 m +

Le Mouvement de soleil {JPEG}gel ne disparaît qu’au matin avec l’arrivée du soleil bien que je me sois installé la veille sur les hauteurs de ce Vallon Plat.

Le soleil éclatant chauffe rapidement et le ciel bleu rayonne au Col de Vallonpierre, à priori la seule montée de la journée ...

Lac de Vallonpierre et son refuge, devant le Pic du Says {JPEG}

Et c’est parti pour 1600 m de descente vers Le refuge de Vallonpierre, puis le Clot Givier, la vallée de Séveraisse ...


Aux Picnic au pied du Cirque de Gioberney {JPEG}Papillon à la tache {JPEG}ruines du Clot, une petite halte picnic dans un ancien champ, comme le moulin plus bas en atteste. Que demander de plus ? Le cadre est sympa, le ciel est d’un bleu immaculé et j’ai besoin de faire sécher mes chaussures ... avec l’aide des papillons ...

Quelques course à la Chapelle-en-Valgaudemar, mais je me vois mal continuer sur Villar-Un peu raide pour du canyoning {JPEG}Loubière pour y bivouaquer, encaissé au fond de vallée, ni au-dessus au refuge des souffles où d’autres randonneurs doivent s’y entasser ...

Petit retour en arrière donc, pour entamer à 16h une montée de 1300m et aller dormir au bord du lac Lautier, au dessus du refuge des souffles. Mais avant le Col de Colombes, un sifflement au dessus de moi, un soufflement plutôt. Deux pas en arrière et une pierre longue comme mon avant bras s’éclate sur le chemin. Nouveau sifflement, un jeune chamois montre son mécontentement de m’avoir raté ...

Je redoublerai de vigilance jusqu’au col. Les 50 m de descente vers le Lac Lautirr ne sera qu’une formalité ...


JeBivouac au Lac Lautier {JPEG} poserai ma tente sur un tout petit coin plat à peine suffisant pour ma Camp Minima, au bord du Lac Lautier. Ce soir là, le coucher de soleil sera rougeoyant, annonçant le beau temps du lendemain ... et la nuit sera douce, les rochers restituant la chaleur du soleil dans laquelle ils ont baigné toute la journée ...

JPEG
Reflets de nuit {JPEG}

_____________________________________________________________________________________________________

Jour 7 : Du Lac Lautier à Valsenestre
26 km, 2005 m +

Depuis Col de Vaurze, loin et au soleil très tôt ... {JPEG}Chemin taillé dans la roche {JPEG}le lac, le Col de la Vaurze se dessine au loin. Le chemin est sinueux et parfois taillé dans la paroi. A peine 500 m de déniv (négatif pour le refuge des Souffles, puis positif pour remonter au col en face) mais la distance et l’exposition ont fait que ça a été une grande galère. D’autres randonneurs au col se plaignent de l’absence de vent qui aurait pu nous rafraîchir ...

Au Vue sur le Vercors, depuis le Col de la Vaurze {JPEG}loin, le Vercors se dévoile du Grand Veymont au Col Vert, ainsi que la suite du chemin dans ce pierrier d’ardoises, sèches et glissantes dans une pente raide à souhait. Sans l’aide de bâtons, c’aurait été vraiment casse g...

Surtout qu’en face se dessine la prochaine La Bonne, au Désert {JPEG}montée de 1000m sous le nom du Col de Côte Belle, si si ... et direct, sans virage ...

Je m’accorderai une bonne pause près du torrent "La Bonne" ... Ils ont de ces noms dans le coin ... mais c’est justifié ...

Il Dans la Côte Belle, vue sur la descente du Col de la Vaurze {JPEG}Lames d'ardoises, devant la dernière montée, le Col de la Muzelle {JPEG}est temps d’attaquer la côte, en plein cagnard. Derrière moi le Col de Vaurze revient petit à petit à ma hauteur alors que le GR54 s’adoucit en entamant sur son dernier tiers de l’ascension des virages, enfin ... De l’autre côté du Col de Côte Belle, imposant, se dresse le Col de la Muzelle, le dernier du GR officiel. D’ici, aucune place de bivouac semble adéquate dans la montée. Je dormirai donc au pied ...


Jour 8 : De Valsenestre au Ougiers
19.3 km, 1589 m +

Bivouac dans la Vallée du Béranger, au dessus de Valsenestre {JPEG}

Bivouac dehors, sans monter la tente donc. Pas vraiment d’endroit plat. Et une envie de partir à la fraîche pour ces 1200 m de bon matin. La couche d’inversion est à mon niveau, il est temps de partir ...


Je Vue vers le Sud, depuis le Col de la Muzelle {JPEG}Lac de la Muzelle, depuis le Col du même nom {JPEG}ferai la montée avec 4 randonneurs pour arriver au Col de la Muzelle encore à l’ombre. Devant nous, le Lac de la Muzelle et les Deux Alpes, retour à la civilisation pour notre dernier jour de marche ...


Anne-Hélène au Col du Vallon {JPEG}

Dernier jour, mais une petite envie de le rallonger. Je passerai donc par le Col du Vallon, juste 450 m de plus à monter pour descendre par le Lac du Lauvitel, en compagnie d’Anne Hélène dont c’est le terrain de jeu mais qui ne connaît pas le passage.


Vautours-fauves {JPEG}Vautours-fauves {JPEG}

Au dessus de nous, quatre vautours fauves traqueront des restes sur les pentes, effrayant les marmottes à leur passages. Décidément cette année, j’en aurai vu beaucoup, et de bien près ...


Plus bas, Lac du Lauvitel sous le Rochail {JPEG} le Lac du Lauvitel encaissé semble inaccessible. C’est en fait la balade du dimanche et il y a foule. Je laisse Anne-Hélène se rafraîchir au lac et continue la descente sur un chemin casse-pattes, pavé dans tous les sens, jusqu’aux Ougiers, où j’aurai à peine le temps de mettre mes sandales avant de me faire prendre en stop. Presque le temps de repartir en montagne cet aprem ...

Commenter

Contact | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |
pour profiter pleinement de ce site, utilisez firefox ... ou a défaut safari ...
Copyright 2006-2014 Fauxcols ... où s’arrête le voyage ?