Accueil > Rando à Pied > Autres massifs > Norvège, mars 2011 ...

jeudi 10 mars 2011
par Mathieu B.


Norvège, mars 2011 ...

... chasseur d’aurores boréales à Tromsø ...

Que faire quand la pleine lune est passée depuis 15 jours, qu’il n’y a pas de neige dans nos montagnes et qu’on a envie de se changer les idées ? Direction la Norvège, Tromsø, 120 km au nord du cercle polaire, à seulement 2000 km du pôle nord ...
Il parait que février/mars est la meilleure période pour voir les aurores boréales ... 3 jours de réflexion à peine ... je me laisse tenter ...

Le Bombardier 400 entre Copenhague et Trondheim {JPEG}

Grenoble, Paris, puis en avion direction Copenhague, Trondheim, Bodø et enfin Tromsø ... au total 4 avions. Les norvégiens prennent l’avion aussi facilement que le bateau. Ce qui veut dire pour nous aussi facilement qu’un bus ... En 20 minutes, posé, débarqués, ré-embarqués, et on repart ...

Pour Le sol blanc et noir en Norvège, rivières gelées ... {JPEG}arriver en territoire scandinave, j’ai pris ce petit bombardier 400 qui m’a rappelé les ATR qui relient chez nous la corse au continent ... Tout le monde se connait, parle du pays et des histoires locales. Une curieuse impression d’être immergé dans un monde réservé aux initiés ... Après avoir passé la mer du nord, le sol n’est plus que noir et blanc. Les rivières sont gelées et toutes les 3 minutes j’aperçois une piste d’aérodrome dégagée ...

DansPremière aurore boréale, au dessus de l'aile droite de l'avion ... {JPEG} le dernier avion qui m’amène à ma destination finale, un reflet vert sur le hublot m’attire l’œil ... ma veste est rouge, celle de ma voisine violette ... Ma première aurore boréale !!! personne ne semble y prêter attention dans l’avion. Après tout, c’est vrai que c’est d’un banal ... Il n’empêche que c’est impressionnant, malgré les parasites lumineux. Un mouvement de drapé, une base violette, s’intensifie et disparait, avant de rejaillir à nouveau. Tandis que l’avion perd de l’altitude une dernière fois pour descendre vers Tromsø en traversant à nouveau cette couche de neige et de nuages, je ne peux qu’imaginer le spectacle quotidien des pilotes de ces contrées ...

Arrivé à Tromsø à 21h, dehors, de grosses averses de neige alternent avec un air frais vivifiant. Ayant passé toutes ces heures en aéroport et en avion, je n’ai qu’une hâte, sortir respirer cet air du nord ... Je me rappelle de mon passage en 2008 en vélo d’un parc au sommet de la colline de l’île, avec un lac. Je m’y dirige pour y passer la nuit, après une accalmie ... Dehors, la neige est partout. Le sol n’est pas gelé, Bivouac près du lac gelé de Tromsø {JPEG}mais les flaques d’eau salée ont une consistance pâteuse ... Sur la petite route qui mène au parc, elle deviennent plus glissantes ... Je m’éloigne un peu et trouve une table de pic-nic, à peine affleurante sous la neige. Je passerai ma première nuit ici, à la belle, mais sans oublier mon sursac. En fermant les yeux, j’aperçois au dessus de moi un curieux ballet : encore des reflets verts, mais cette fois ci à travers l’épaisse couche de nuages orangés, éclairés par la ville ...


Au réveil, 15 cm de neige me recouvre ... Je suis bien content du sursac : mon duvet est sec. L’essentiel dans ce genre de trip ... Le poncho a lui aussi bien joué son rôle, le sac à dos n’est même pas humide. Je vais pouvoir me servir de la table à sa juste fonction d’usage ...

De Tempête de neige dans le port de Tromsø (by Chris44) {JPEG}l’autre côté de l’île, je me dirige vers l’office du tourisme pour prendre quelques renseignement pratiques, la météo, acheter quelques lyophilisés de rab (je me souviens de leur pâtes au pesto, délicieuses) et trouver des "hiking maps" des coins que je compte Le pêcheur de baleines (by Chris44) {JPEG}visiter : la région de Troms et les LyngenAlps (20€ la carte au 50.000 quand même ...)
Le temps de faire le plein d’essence pour le réchaud également (pas trop quand même, à presque 2€ le litre de SP95 ...) et je traverse le pont direction le nord, par le bus 450. J’ai prévu de rallier les différentes "hytte" (refuges) de Tromsdalstind avant de traverser l’Ullsfjorden pour les LyngenAlps ... J’avais prévu ...

Le Valée de la Tønsvikelva : Tønsvikdalen direction Nonsbu {JPEG}bus me dépose au millieu de nulle part, entre 2 maisons distantes de 3 km ... à Tonsvik ... La piste (de neige of course) est bien tracée, un écriteau indique même la cabane : "Nonsbu : 9" . Malheureusement, la piste ne mène qu’à quelques cottages, quelques uns en vente. Un second balisage indique la bifurcation qui doit me faire quitter ce fond de vallée bien sympathique. Une boite Livre de passage, au milieu du chemin ... {JPEG}aux lettres me fait penser à Åse qui m’expliquait qu’elles servaient à voir quelles étaient les personnes qui parcouraient le plus souvent l’itinéraire (même en été, on avait eu du mal à trouver celle qui se trouvait derrière chez ces parents ...) A l’intérieur, un petit carnet emballé dans un sac plastique m’indique que la dernière personne passée par ici date de 5 jours ... Les traces le confirment : je ne devine rapidement plus le chemin. Quand je le quitte, même avec mes raquettes, je m’enfonce de 80 cm au lieu de 20 ...

Pour Barrière de bouleaux ... {JPEG}me repérer ensuite, à peine quelques marques sur les arbres, un semblant de T en rouge (TT est le sigle des circuits de randonnées) distants parfois d’une trentaine de mètres ... et forcément, je me perds parmi ces bouleaux qui même dégarnis forment un véritable mur à l’horizon, d’autant qu’il sont de plus en plus resserrés ... Je garde tant bien que mal mon azimut et vise une hauteur. La nuit approche et le vent se lève, fort. Demi tour ? non, je n’ai pas aperçu d’abri en montant. Plutôt que de monter un igloo (certains l’attendent à Gre ...) je pose la tente à l’abri de deux cailloux, sur une parcelle de sol non enneigé, donc forcément un peu plus venteux, mais quand même "protégé" du vent ... Au dessus de moi, les nuages défilent, et à nouveau des lueurs verte derrière, mouvement lent et aléatoire ... l’impression d’un orage au ralenti ...

Au petit matin, le vent s’est calmé, mais j’ai quand même du mal à rester en équilibre ... Quelques accalmies, je sors de la tente pour me dégourdir et repérer mon chemin quand la visibilité dépasse les 20m ... Il me faut un créneau pour redescendre ...


Bon, après cet épisode, je me vois mal continuer ainsi. D’autant que les LyngenAlps vont craindre au niveau des avalanches : il ne fait pas si froid que cela, ce vent qui ne prévient pas et cette visibilité qui peut descendre à moins de 5 mètres, c’est pas raisonnable ... Je retourne donc sur Tromsø et me renseigne sur la météo auprès des secouristes en montagne ... visiblement, tout le monde savait que c’était le "worst day" de l’hiver. Copie à revoir pour le TuristInfo ...

Je "Cabin" au camping de Tromsø {JPEG}décide donc de changer de plan : faire des balades à la journée, et dormir au chaud et au sec au camping de Tromsdalen (en face) en louant une "cabin", petit chalet, deux lits superposés ... 60€ quand même ... gloups. De retour au "zentrum", je me retourne sur un anglais à fort accent. Français forcément, accompagné d’un polonais ... et un autre français qui s’est joint à eux. Bref, tout le monde est là pour la même chose (non, pas dormir dehors, mais pour les aurores !!) On décide de louer une voiture pour aller chercher un temps plus clément à l’intérieur des terres, vers Kilpisjärvi, à la croisée Finlande/Norvège/Suède, à 160km. Christophe n’a pas encore d’hébergement, et cela nous arrange tous les deuxde partager la "cabin" ... Ca s’annonce bien !

Rendez La cathédrale Arctique de Tromsø {JPEG}vous est pris pour 15h30 devant la cathédrale arctique. Le problème, c’est qu’Arnaud qui devait louer la voiture et nous prendre en passant n’a pas son permis avec lui, portefeuille volé à Paris avant de venir ... Qu’à cela ne tienne, le loueur, H...z pour ne pas le nommer lui laisse la voiture pour venir nous chercher et faire les papiers ensuite ... une mentalité différente de part chez nous en pays latin ... C’est comme les refuges ici où on trouve des réserves de nourriture à disposition et une petite boite pour payer ce que l’on doit. Le tout en libre accès. J’imagine mal ce genre de pratique en Vercors ou dans les calanques ...

Après 2h30 de route, et 160km sur de la glace et non du bitume, nous voilà arrivés. Il est 19h et je repère une piste de motoneige bien damée qui permettra à mes compagnons de soirée non équipés de s’éloigner un peu de la route et des lumières du village à proximité. Oui, l’activité favorite en Finlande l’hiver, c’est bien "snowmobile" ...

19h30 ... assez de paroles, le nez en l’air, contemplation ...

Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}
Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}

Une équipe improbable qui a bien fonctionné. La fine équipe {JPEG}"Tout le monde y aura trouvé son compte" : partager les frais (quand même 70€ chacun), trouver le bon plan, chauffeur sur la glace, conseils photos, ...

Aller, une petite dernière série pour la route, avec les bons réglages cette fois ...

Orion et Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Orion et Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}

De Tromsø depuis le pont du fjord (by Chris44) {JPEG}retour à Tromsø, Christophe décide de continuer quelques jours avec moi. Si on peut voir d’autre aurores, c’est maintenant que du bonus avec le festival d’hier soir. Mais ni moi ni lui ne voulons ni n’avons le budget pour ce genre d’excursions ... On décide d’aller voir le coucher de soleil au Storsteinen , 421m au dessus du fjord et d’attendre la nuit dans une caboitinette qui semble être plutôt une cabane de chasseur sur la carte. Au moins on pourra manger à l’abri du vent ... Christophe fait donc un saut de fjord pour louer des raquettes, king size par rapport à mes TSL 325 ... pour cela, il laisse Tromsø depuis le Storsteinen {JPEG}simplement un numéro de téléphone et paye une journée d’avance ... Sur le Storsteinen (by Chriss44) {JPEG}l’esprit tranquille ...

Là haut, le fjord s’étend devant nous, et on croise nos compagnons d’hier soir, pressés de descendre par la dernière télécabine, alors que le soleil couchant vire à l’écarlate ... On sera les seuls à en profiter sur cette butte ...

Coucher de soleil au Storsteinen {JPEG}

Coucher de soleil au Storsteinen {JPEG}

Coucher de soleil au Storsteinen

Steinbua (by Chris44) {JPEG}

Un peu plus haut, on découvre la fameuse cabane, juste "un peu" ensevelie ... au moins, on sait où elle est ... Le temps à l’air de se maintenir, et pas de vent. On pousse un peu plus vers le premier sommet de cette enfilade en profitant des dernières lueurs du soleil. A peine 15 minutes, mais le mauvais temps nous suivait de près ... Vent mais surtout neige cette fois ci ...

On Le mauvais temps arrive au galop ... {JPEG}descend vers la cabane et je sors la pelle d’avalanche, décidé à casser la croute à l’abri, en espérant que les nuages partent aussi vite qu’ils sont arrivés pour voir d’autres aurores ... Il nous faudra un peu moins de 2 heures pour déblayer les 3 mètres de neige ... Heureusement qu’on a trouvé rapidement 3 autres pelles sous le toit !! Le problème, c’est qu’à l’intérieur, on trouvera autant de neige, presque la moitié de la cabane.

Déneigement de Steinbua (by Chris44) {JPEG}Steinbua libéré (by Chriss44) {JPEG}L'intérieur enneigé de Steinbua (by Chris44) {JPEG}

Le temps passe, mais pas le mauvais temps. Résignés, on dégage l’intérieur de la cabane espérant pouvoir venir y dormir la nuit suivante. On attend une accalmie avant de descendre dans cette foret de bouleaux et entre les barres rocheuses et paravalanche ... Non, juste des anti-congère et des rochers de 3 mètres, mais pas mal de traces de skieurs nous mènent vers un chemin correct ...

Tromsø by night {JPEG}Descente de nuit (by Chris44) {JPEG}Tromsø by night {JPEG}

Le lendemainCascades de glace dans Tromsdalen (by Chris44) {JPEG} matin, la neige tombe à gros flocons ... pas top pour faire la boucle au fond de vallée puis revenir par les crêtes que j’avais prévu. Finalement de grands jets de soleil. Et à nouveau des nuages, haut cette fois ... Décidément, le temps par ici change encore plus vite que dans nos montagnes ... On se décide à partir à midi pour cette vallée du Tromsdalen. Quelques flocons nous accompagnent parfois, laissant apparaitre d’innombrables cascades de glace (la route des Trolls plus au sud doit être magnifique à cette saison ...) Et sans lever la tête, ce fond de vallée propose un paysage plus qu’apaisant où les bruits sont étouffés par cet épais manteau neigeux ...


AuDepuis Signarhytta {JPEG} bout de 2H, au dessus de la foret, la cabane de secouriste nous offre un toit sec pour se ravitailler. Rien que pour avoir le droit de dormir ici, c’est rentable d’être secouriste (qui sont volontaires en Norvège). Je reconnais 3 secouristes à qui je demande à nouveau conseil pour la météo. Cette fois ci, les conditions ne devraient pas trop se dégrader. L’option de descendre vers le camping est donc enterrée, surtout que les traces de motoneige vers la zone d’exercice des secours faciliteront notre progression vers le sommet.

Un petit curieux ... (by Chris44) {JPEG}Deux rennes ... en train de brouter ... (by Chris44) {JPEG}Dernier mur vers Bønntuva (776m) (by Chris44) {JPEG}Le piège de Steinbua {JPEG}

Là haut, le vent se remet à souffler. La visibilité reste bonne mais la neige se transforme en glace au contact d’obstacles. On ne traine pas au sommet, (mes bâtons sont recouverts en 30 secondes ...) et direction l’Est sur la crête, on retrouve la "cabane de chasseurs" 200 m plus bas et une heure plus tard ... La porte est à nouveau bloquée par 80 cm de neige. Rapidement déblayé, on y apprécie le calme, mais tous les 1/4 d’heure, on est obligé de déneiger la sortie ... on risque de ne plus pouvoir ouvrir la porte et rester enfermé ... Christophe qui comptait revenir la nuit prochaine pour y dormir revient sur sa décision ... On ne reste finalement pas longtemps, le vent tourbillonnant est vraiment cinglant quand on déneige. Mais que c’est bon le grand air !!!

Au sommet (venté) de Bønntuva (776m)



Dernier jour à Tromsø ... déjà ...

Le temps est une fois de plus aux averses de neige, mais lourde cette fois ... Je me retranche à l’office du tourisme avant d’aller trouver un coin pépère pour aller pêcher, me faire un igloo et attendre mon avion de retour le lendemain matin ... J’entends 3 belges demander des conseils sur un coin au dessus de Tromsø pour aller dormir. L’hôtesse leur propose la cabane des secouristes ... Avec ce temps ... Deuxième copie à revoir ...

Je reste quelques instants et ne peux m’empêcher de savoir quelle décision ils vont prendre ... Quand je leur explique que la cabane est privée, ils me répondent que ce n’est pas grave, qu’ils ont de bons duvets ... Ah ? au moins une tente ... non ... mais de bons duvets ... Ah ? et des matelas ? non ... mais de bons duvets ...

Hem ... je sors la camera et leur montre ma tente dans le vent ... ok, ils n’iront pas en montagne, je suis rassuré. S’en suit une discussion sur la meilleure chance de voir les aurores : ils sont venus pour 24H seulement ... D’après la météo annoncée, il vaut mieux retourner en Finlande, mais seul une sur les 3 a le permis et ne se sent pas de conduire les 160 km sur la glace ... Finalement ils me proposent de leur faire le chauffeur et de payer la location ...trop généreux, mais pas acceptable ... j’étais déjà tenté par les accompagner ... De son côté, Christophe a sympathisé avec 4 stéphanois ... on se retrouve à 9 ... Hertz a-t-il une camionnette ? Et nous voilà repartis sur Kilpisjärvi, non sans avoir acheté au préalable un pantalon pour Gas"ton" ... et Laurent qui lui prête de quoi remplacer ses espadrilles ... Sur la route, je m’arrête au bord du dernier fjord, à moitié gelé avant de monter vers le territoire Lappi ...

Balsfjorden gelé ...


Là haut, le festival se produit encore une fois ...

Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Henrika, Lisa & "Gaston" {JPEG}Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Quatre stéphanois à ... Kil-pis-jär-vi {JPEG}
Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}Aurore Boréale à Kilpisjärvi {JPEG}

Sur le retour, une petite berceuse à l’harmonica fait s’endormir les derniers résistants à part le copilote qui a bien joué son rôle.

Je laisse tout ce petit monde à 2h du mat à l’aéroport ... Une dernière expédition bien sympa comme toute cette semaine pour moi, des plans pratico-pratique à la base qui deviennent bien agréables ;o), des conditions rudes mais qui passent quand on est bien équipé, une nature généreuse qui nous remet à notre place de tout petit bipède ...

En pensant que je vais rester enfermer jusqu’au soir, je m’en vais trouver un coin dehors pour dormir quelques heures au frais ...

<carte_gis1|id_article=38|zoom=7|type=physique|control=custom>

1/2 >

Commenter

Contact | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |
pour profiter pleinement de ce site, utilisez firefox ... ou a défaut safari ...
Copyright 2006-2014 Fauxcols ... où s’arrête le voyage ?